Le parcours de soin

L’esthétique médicale désigne l’ensemble des gestes médicaux et des techniques sans chirurgie, permettant de corriger des imperfections du corps ou du visage d’un patient, ou de lutter contre les effets visibles du vieillissement. Le médecine morphologique et anti-âge vise le « bien vieillir », à travers un parcours de soin où se combinent en permanence un double regard, médical et esthétique.

Un diagnostic médical multiaxe

Un bon médecin se reconnaît à son diagnostic juste, qui permet de choisir le bon traitement. Un traitement des causes (traitement étiologique) est toujours meilleur sur le long-terme qu’un traitement des seules manifestations visibles (traitement symptomatique).

Ce qui est vrai en médecine traditionnelle l’est tout autant en médecine morphologique et anti-âge.

Un diagnostic médical

Prenons l’exemple de l’un des principaux signes du vieillissement, les rides, sorte de fractures cutanées. Tout le monde les reconnaît.

Il existe pourtant deux types de rides : leurs mécanismes de formation, et donc leurs traitements, sont différents, ce qui impose un diagnostic précis.

Les rides dynamiques, liées à l’hypercontraction des muscles peauciers, répondent bien aux injections de toxine botuliques, alors que les rides statiques liées à une fonte du derme et des tissus sous-jacents répondent elles à une injection d’acide hyaluronique plus ou moins volumateur.

C’est tout le travail du médecin d’analyser le type de rides, pour savoir quel produit utiliser, en quelle quantité et avec quel point d’entrée pour l’injection, quel outil utiliser (aiguille ou canule) et à quelle profondeur injecter…

L’harmonie globale du visage est aussi fondamentale à apprécier ainsi que les différentes asymétries existantes.

Un diagnostic esthétique

Un individu vient souvent consulter pour une imperfection qui, d’une manière ou d’une autre, est source de souffrance. Comme médecin morphologique et anti-âge, je m’efforce de toujours comprendre les attentes et les besoins du patient, intimement liées à ses envies.

Une personne peut par exemple venir consulter pour un sillon naso-génien marqué, lui donnant un visage trop dur. Dans une approche globale, je vais vérifier que les vallées des larmes ou l’ovale du visage n’est pas en partie responsable de son ressenti.

De même, j’analyserai systématiquement le profil d’un patient consultant pour la forme de son nez : il arrive des cas où la rhinoplastie peut s’avérer décevante si elle ne s’inscrit pas dans une profiloplastie, avec par exemple une génioplastie (le menton).

Un parcours en trois temps

De manière générale, tout acte de l’esthétique médicale doit être longuement réfléchi par le patient et compris.

Une première consultation, le diagnostic à votre écoute

Cette première consultation a plusieurs objectifs.

Comme patient, vous venez avec un problème : comme médecin, il convient de trouver la meilleure solution. C’est pourquoi je dois bien comprendre vos besoins, vos envies, vos attentes.

L’examen clinique et esthétique va porter à la fois sur votre problème, mais avec un regard complet et global.
Des photos médicales sont réalisées pour un meilleur suivi.

Sur de nombreux actes comme une cryolipolyse, il faut dépasser le stade de l’analyse de la silhouette : il faut aussi un examen minutieux de la qualité de la peau, car sa capacité à se retendre contribuera à un résultat esthétique final harmonieux.

  • Analyse de la peau (diagnostic peau) : relâchement, cicatrices, rougeurs, taches, éclat, pores dilatés, peau déshydratée…
  • Analyse du corps : vieillissement des mains, ptose cutanée, vergetures, bourrelets, pilosité, parties intimes si besoin…
  • Analyse du visage, à la fois statique et dynamique : rides, cernes, nez, lèvres, profil (rhinoplastie, génioplastie médicale…), ovale du visage…
  • Analyse de la silhouette : relâchement des tissus, bourrelets graisseux, contours (fesses, mollets…)

L’esthétique médicale est par nature moins invasive que la chirurgie, avec donc des limites qu’un bon praticien doit parfois expliquer à ses patients, de manière honnête et exhaustive.

Il est important de pouvoir proposer au patients la meilleure réponse à leur préoccupation, c’est pourquoi il faut avoir un panel de techniques suffisant pour pouvoir le faire, donc une clinique équipée. “Si on a un marteau… Tout ressemble à un clou”…”

Cette première visite va donc permettre de choisir le meilleur protocole, en vérifiant les indications et les contre-indications.

Tout est détaillé : le déroulé, les suites, les précautions, les éventuels risques. Cette consultation initiale permettra d’établir un devis sur-mesure et d’obtenir votre consentement éclairé. S’agissant d’actes à visée esthétique, il n’y a pas de prise en charge par l’assurance-maladie ou les mutuelles.

Le traitement, la technique au service de l’art

Selon les cas, il peut s’agir d’une seule séance ou de plusieurs, espacées sur le temps.

La médecine anti-âge veut limiter les effets du temps qui passe, mais elle sait aussi donner du temps au temps. Par exemple, il sera parfois plus efficace de faire deux doses d’acide hyaluronique à quelques semaines d’intervalle, qu’une double dose unique.

La médecine morphologique et anti-âge doit proposer la bonne technique, en mettant en application son savoir, tout en œuvrant comme un homme de l’art, reflet de son savoir-faire.

Le suivi, optimiser un rendu naturel et durable

Selon les soins, je propose une visite de contrôle pour apprécier le résultat avant/après. Chaque patient est un cas unique, où on ne peut jamais garantir à 100 % la réponse thérapeutique. Ainsi, un suivi rapproché permet de faire parfois des compléments de traitement pour parfaire un résultat esthétique et donner la meilleure satisfaction possible à nos patients. A ce stade, les photos médicales permettent encore d’apprécier l’évolution morphologique. On oublie rapidement comment notre visage était avant.

Tous les traitements de médecine morphologique et anti-âge ont des effets limités dans le temps : certains doivent être refaits tous les 6 mois comme le Botox ; d’autres comme l’acide hyaluronique peuvent persister 12 à 18 mois voire plusieurs années.

L’objectif est d’obtenir un rendu naturel, à prolonger le plus possible dans le temps.

Commentaires

Le champ n’est pas valide
Le champ n’est pas valide